Captiver une belle femme

Vous voulez séduire des belles femmes et muscler votre séduction ? Le marché de l’amour répond aux mêmes exigences que tout secteur hautement concurrentiel. Pour marquer des points il faut prendre des risques. Devenez clivant et vous resterez dans les radars des plus jolies femmes.

Captiver et séduire une belle femme comme Dani Daniels nécessite d'être remarqué et remarquable. Vous pouvez être exigeant, mais pour attirer une belle femme, il faudra vous différencier.
Elles font saliver un très grand nombre d’hommes, mais seule une poignée sera capable de connecter suffisamment pour la séduire. Devenez clivant et vous serez l’un d’entre eux.

Imaginez. Partout où vous entrez, les femmes vous fixent du regard. Et pas uniquement dans les yeux… Scruté, épié : c’est devenu votre quotidien depuis l’âge de 16-17 ans.

Chaque nouvelle femme que vous rencontrez salive en votre présence et pour espérer entretenir une relation « normale », vous devrez passer par la phase que vous connaissez par coeur du :

« Ce n’est pas possible entre nous même si je t’aime bien, ce n’est pas ce genre de relation que j’imagine avec toi ». 

Le rêve de tout homme, non ?

Eh bien ce rêve est le quotidien d’une poignée de femmes : la catégorie des « belles nanas ». Inversez la perspective et glissez-vous le temps de cet article dans la peau de celles qui paraissent inaccessibles à la masse des hommes.

Je vous vois déjà venir :

« Tu sais Leo, la beauté est subjective ». 

Ok, tes ex étaient sans doutes mignonnes, jolies ou charmantes. Aucun doute là-dessus.

Mais les gars, arrêtons de se mentir. Entre la femme charmante, et la bombe qui désarçonne à son seul passage, la différence n’est pas subjective (*voir la bibliographie scientifique à ce sujet en fin d’article).

La beauté est-elle réellement subjective ?

La beauté se jauge de façon très objective au contraire par le nombre de prétendants qui gravitent autour de la « belle nana ».

Si elle ne partage pas le même univers que les filles qui se positionnent dans la moyenne physiquement, c’est en raison d’un concept redoutable : celui de l’abondance avec les mecs.

Les belles nanas ont plus de choix

Les « belles nanas » ont un nombre quasi illimité de prétendants. Elles disposent donc d’une palette de cibles masculines beaucoup plus large et vont muscler leurs critères pour viser un partenaire aux qualités plus élevées. Rien de choquant là-dedans, elles auraient tort de s’en priver…

A ce stade, je vous vois encore venir. 

« Leo, tu veux dire qu’il faut que je renonce aux belles nanas ? Tu sais je pense être dans la moyenne, je fais comment alors ? Car franchement, je n’ai pas envie de renoncer ! »

La bonne nouvelle est que vous n’êtes pas le premier à vous trouver dans ce type de situation concurrentielle.

Et l’autre bonne nouvelle vient du marketing : des méthodes existent pour parvenir à percer et à s’imposer dans ce type de « marché » hautement concurrentiel.

Soyez clivants

Une rapide plongée dans la loi du marketing et la théorie de la vache pourpre de Seth Godin – ancien responsable du marketing direct de Yahoo – s’impose…

D’après Seth Godin, le meilleur moyen pour se différencier d’une concurrence massive et écrasante est d’apparaître comme clivant et impossible à oublier.

Difficile en effet de ne pas remarquer une vache pourpre au milieu d’un champ pehuplé de vaches noires et blanches.

Alors, comment devient-on une « vache pourpre » ?

Il n’existe que deux manières de se différencier radicalement. L’une est verticale, l’autre horizontale.

1) La différenciation verticale

On se distingue en apparaissant au sommet de l’échelle : plus intelligent, plus beau gosse, statut social élevé, meilleure tchatche, meilleure confiance en soi…

2) La différenciation horizontale

On se singularise par une caractéristique qui nous est propre et nettement déviante par rapport à la moyenne – ou la théorie de la vache pourpre au milieu d’un champ de vaches noires et blanches. 

L’intérêt de mettre en avant ses déviances et les aspects bizarres de notre personnalité est double.

D’abord, vous échapperez à la masse, à l’intérieure de laquelle il est impossible de captiver une « belle femme ». Même si vous appliquez à la lettre les meilleures techniques de séduction du parfait clone de la drague, vous apparaitrez malgré votre discours sympa comme une personnalité affreusement impersonnelle.

Impossible de connecter de cette manière là, car n’oubliez pas, vous baignez dans un milieu hautement concurrentiel.

Ensuite, la mise en avant de vos aspérités ou bizarreries, vous offre une chance de connecter de façon profonde avec la catégorie des « belles nanas » qui partage ces traits de personnalité.

Misez sur la connexion

Ce n’est pas en parlant de ce que tout le monde aime (Game of Thrones, la dernière boite à la mode sur les Champs Elysées) que l’on attire à soi une femme en position d’abondance.

Religion, valeurs, fantasmes sexuels… Il est important d’établir votre marché de niche

Il faut voir la drague à froid comme un pari : vous misez sur l’idée que la nana va connecter avec votre déviance (trait de personnalité, valeurs, croyances).

En contrepartie, vous allez faire fuir une grande majorité de belles nanas. C’est le risque à prendre. 

Il n’y a pas de secrets les gars, on ne peut pas séduire toutes les filles.

Vous resterez toujours imparfait pour la majorité des belles nanas. Mais vous apparaitrez comme parfait pour une minorité d’entre elles.

*Bibliographie relative à la subjectivité/objectivité de la beauté :

Langlois, J. H., Kalakanis, L., Rubenstein, A. J., Larson, A., Hallam, M., & Smoot, M. (2000). Maxims or myths of beauty? A meta-analytic and theoretical review. Psychological bulletin, 126(3), 390.

Cai, Z., Hahn, A. C., Zhang, W., Holzleitner, I. J., Lee, A. J., DeBruine, L. M., & Jones, B. C. (2019). No evidence that facial attractiveness, femininity, averageness, or coloration are cues to susceptibility to infectious illnesses in a university sample of young adult women. Evolution and Human Behavior, 40(2), 156-159.

Foo, Y. Z., Simmons, L. W., & Rhodes, G. (2017). Predictors of facial attractiveness and health in humans. Scientific Reports, 7, 39731.

Slater, A., Bremner, G., Johnson, S. P., Sherwood, P., Hayes, R., & Brown, E. (2000). Newborn infants’ preference for attractive faces: The role of internal and external facial features. Infancy, 1(2), 265-274.

Leave a Reply