Pornogaphie : que regardent les filles ?

Si votre copine efface nerveusement son historique avant de refermer le navigateur de sa tablette, ce n’est pas pour maintenir le secret sur votre prochain cadeau d’anniversaire. L’hypothèse la plus vraisemblable est celle qui vous pousse à adopter le même réflexe : elle vient de « mater du porno ».

Les femmes ne résistent pas au plaisir de regarder des vidéos porno. Avec des addictions dangereuse qui peut les inciter au sex violent et à des rencontres de plus en plus dégradantes.
Le porno touche de plus en plus de femmes qui elles aussi tombent dans le piège de la dépendance.

Les chiffres ne mentent pas : chaque année dans le monde, la part de femmes qui commencent à consommer du porno est en nette augmentation

  • 23% des utilisateurs en 2015
  • 26% en 2017
  • 29% (augmentation de 3%) en 2018

Vous connaissez ma méthode : tout ce qui peut apporter une indication sur le goût intime des femmes est une information précieuse. Littérature, films ou porno… Tous les terrains sont propices pour identifier « ce que veulent les femmes ».

Une info bonne à prendre pour les hommes, mais aussi intéressante pour les femmes, qui peuvent elles aussi souffrir d’une addiction au porno, toute aussi nocive que pour les mecs.

Découvrez mesdames le premier programme développé par deux psychologues et 100% sourcé pour sortir de la dépendance à la pornographie :

Pornhub : les catégories préférées des Femmes

Je me suis donc penché sur les catégories les plus consultées par les femmes qui consomment du porno sur Internet.

  • 1) Lesbienne : 150% de consultation de plus que les hommes sur cette catégorie 
  • 2) Porno gay : 36% de femmes regardent du porno gay entre hommes
  • 3) Sexe violent ou « Rough sex »

Cette dernière catégorie vise 72% de consultation de plus que les hommes sur les catégories “Rough Sex” et les femmes sont deux fois plus nombreuses que les hommes à rechercher des vidéos “Gang Bang” ou “Double pénétration” 

Attention aux hommes “dangereux”

Mais attention mesdames : l’utilisation excessive du porno est aussi dangereuse pour vous. La perte de matière grise dans le cortex préfontal n’est pas un privilège masculin, mais il y a pire. En cultivant un goût immodéré pour des vidéos porno de type « Rough sex », vous vous exposez à des rencontres de plus en plus dangereuses.

L’un des problèmes majeurs de la consommation excessive de pornographie, est lié au phénomène psychologique de tolérance. Comme pout toute autre drogue, votre besoin de regarder du contenu de plus en plus extrême augmente pour ressentir le plaisir initial. 

Dans le cadre du porno chez les femmes, ce processus de tolérance va pousser les femmes à s’ennuyer de plus en plus dans la vie réelle et à rechercher des stimuli sexuels toujours plus puissants

In fine, cela incite à rencontrer des hommes dangereux.

Et oui, l’équation magique « homme violent au lit + prince charmant dans la vie » n’est pas la plus commune. 

Pour la plupart des hommes, surtout s’ils sont amoureux de leur copine, l’idée de distribuer des tartes au lit et de cracher sur leur partenaire en la traitant de “sale chienne” rend très mal à l’aise.

Il n’y a pas de secret : si votre copain vous respecte et qu’il choisit de vous violenter au lit, il le fera pour vous faire plaisir. 

Mais s’il prend lui-même du plaisir à le faire, c’est probablement qu’il ne vous respecte pas.

S’enclenche alors chez la femme une dissonance cognitive particulièrement difficile à vivre. Elle prend du plaisir sur des fantasmes qu’elle-même considère comme dégradants, ce qui augmente l’anxiété et pousse à consommer davantage de porno.

Une cercle vicieux qu’il faut briser au plus vite. Notre programme a été conçu pour ce résultat et peut vous aider !

Bibliographie :
Rapports annuel Pornhub : https://www.pornhub.com/insights/2018…
Témoignages des actrices Porno : https://fightthenewdrug.org/10-porn-s…
Adolescentes amoureuses des tueurs en série : https://www.vice.com/fr_ca/article/pp…https://www.vice.com/en_us/article/pp…
James Deen accusé de viol : https://www.lesinrocks.com/2015/12/01…

Bivona, J. M., Critelli, J. W., & Clark, M. J. (2012). Women’s rape fantasies: An empirical evaluation of the major explanations. Archives of Sexual Behavior, 41(5), 1107-1119.

Brown, J. D., L’Engle, K. L., Pardun, C. J., Guo, G., Kenneavy, K., & Jackson, C. (2006). Sexy media matter: Exposure to sexual content in music, movies, television, and magazines predicts Black and White adolescents’ sexual behavior. Pediatrics, 117, 1018-1027.

Mundorf, N., D’Alessio, D., Allen, M., & Emmers-Sommer, T. M. (2007). Effects of sexually explicit media. In R. W. Preiss, B. M. Gayle, N. Burrell, M. Allen, & J. Bryant (Eds.), Mass media effects research: Advances through meta-analysis (pp. 181-198). Mahwah, NJ: Lawrence Erlbaum

Padgett, V. R., Brislin‐Slütz, J. A., & Neal, J. A. (1989). Pornography, erotica, and attitudes toward women: The effects of repeated exposure. Journal of Sex Research, 26(4), 479-491.

Peter, J., & Valkenburg, P. M. (2007). Adolescents’ exposure to a sexualized media environment and notions of women as sex objects. Sex Roles, 56, 381-395.

Maas, M. K., & Dewey, S. (2018). Internet pornography use among collegiate women: gender attitudes, body monitoring, and sexual behavior. Sage open, 8(2), 2158244018786640.

Wright, P. J., Tokunaga, R. S., & Kraus, A. (2016). A meta-analysis of pornography consumption and actual acts of sexual aggression in general population studies. Journal of Communication, 66, 183-205. doi:10.1111/jcom.12201




Leave a Reply